• Swiss Youth for Climate

Retour sur la première semaine : l'engagement des jeunes compte !

Il y a quelques semaines, alors que nous préparions notre venue à la COP22 avec les autres membres de SYFC je me posais la question du rôle que nous allions pouvoir jouer en tant que jeunes au cours de cette grande réunion internationale pour le climat : nos actions seront-elles entendues, comment avoir de l'impact alors que notre droit à la parole dans les séances plénières est très limité et que l'accès aux réunions de travail des parties est souvent interdit aux ONGs, est-ce véritablement justifié de venir jusqu'ici pour défendre notre voix ? Toutes ces questions me trottaient dans la tête..

Après une semaine très intense de travail à la COP, j'ai pu me rendre compte notre engagement et notre travail est nécessaire et porte ses fruits. Nous sommes la première génération à voir les impacts des changements climatiques, mais nous sommes aussi la dernière génération à pouvoir s'engager pour changer les choses, notre engagement est donc crucial. Les Nations unies commencent à le comprendre puisque la jeunesse est de plus en plus intégrée dans les réunions onusiennes. Cette année, 60 pays (dont la Suisse ne fait malheureusement pas partie) ont intégré des jeunes délégués à l'intérieur même de leur délégation : un record ! Plusieurs centaines de jeunes du monde entier (dont nous) sont également présents à la COP en tant qu'observateurs. Comme l'a dit Hakima El Haité, championne marocaine du climat, lors d'une conférence que j'ai pu suivre cette semaine : "la jeunesse doit construire le monde dont nous rêvons". Construire le monde dont nous rêvons, c'est probablement un peu ambitieux et nous n'arriverons pas à le faire en deux semaines, mais depuis lundi, nous avons travaillé dur pour essayer de faire bouger les choses. Nous avons travaillé avec des jeunes du monde entier, venant autant de pays industrialisés grands émetteurs de gaz à effet de serre que de petits pays insulaires fortement menacés par la montée du niveau de la mer. Pour cela nous avons organisé des conférences pour sensibiliser aux thématiques qui nous tenaient à coeur et partager nos attentes, avons rencontré des délégations pour leur faire part de notre envie de voir davantage de jeunes être intégrés aux processus de négociations, avons suivi les négociations pour pouvoir ensuite retransmettre l'information aux autres jeunes restés dans nos pays respectifs, et bien d'autres choses encore.

La grande majorité des personnes présentes à l'intérieur de la COP partagent nos opinions, nos peurs et notre engagement. Mais qu'en est-il de l'extérieur? L'élection du nouveau président des Etats-Unis nous a rappelé de manière brutale que tout le monde ne partage pas nos préoccupations, alors même qu'elles nous paraissent fondamentales. D'où l'importance de l'engagement de la jeunesse. Nous avons le devoir de transmettre notre message, de pousser les gens à changer leur comportement, de les encourager à prendre part à la vie politique de leur pays en s'engageant directement mais surtout en élisant des représentants qui défendent les valeurs que nous partageons, c'est d'eux que découle la politique climatique d'un pays.

L'engagement de la jeunesse compte, voir des jeunes du monde entier travailler dur pour une politique climatique internationale plus contraignante donne de l'espoir. Engageons-nous, c'est comme ça que nous parviendrons à faire changer les choses !

0 views

© 2019 Swiss Youth for Climate. Background Matterhorn Photo by: Patricia Cottier ©

  • Facebook Social Icon
  • Twitter
  • Instagram