• Swiss Youth for Climate

Objective COP

J5 : Oeil pour oeil, COP pour COP (Partie 3)

[Die deutsche Version ist bald da]



L’objectif de l’Accord de Paris peut vous paraître clair : réduire conjointement nos émissions de GES pour ralentir et stopper le réchauffement climatique. Et bien figurez-vous que cet objectif n’est pas aussi clair pour tout le monde, et que les pays peinent encore à se mettre d’accord, et ce à tous les niveaux. Entre parenthèse, nous vous indiquons à quel endroit du texte se trouve le point en question (la dernière version du texte a été publiée ce matin, alors qu’une version encore plus aboutie doit être rendue demain au président de la COP, Laurent Fabius).


1) Stopper le réchauffement climatique (Article 2.1 a)

Même si sur le fond le principe est clair pour tout le monde, les pays ne se sont pas encore mis d’accord sur la forme. Est-ce que le but est de rester "bien en-dessous de 2 °C" ou "en-dessous de 1.5 °C" ? Chez Swiss Youth for Climate et chez YOUNGO, on soutient la seconde option : rester en-dessous de 1.5 °C. D’abord parce qu’au-delà de 1.5 °C, les conséquences sur les pays insulaires seraient d’ores et déjà dramatiques, et ensuite parce qu’il est important de parvenir à un accord qui soit le plus ambitieux possible.


2) Réduire les émissions de GES (Article 2.1 b)

Là encore, c’est clair pour tout le monde que pour parvenir à limiter le réchauffement climatique, il faut réduire nos émissions de GES. Mais il y a deux manières de le faire : soit en réduisant nos émissions nettes, soit en réduisant nos émissions tout court. Un détail insignifiant à première vue ? En réalité, ça change tout !

- Réduire nos émissions tout court, ça veut dire concrètement réduire nos émissions, notamment en remplaçant les énergies fossiles par des énergies renouvelables.

- Réduire nos émissions nettes, ça veut dire que c’est seulement le bilan "émissions - émissions négatives" qui doit être réduit. Les émissions négatives, c’est quand on "reprend" le CO2 de l’atmosphère pour le stocker dans les forêts ou dans le sol, par la reforestation ou le CCS. Ainsi, on peut soit réduire nos émissions, soit augmenter nos émissions négatives.

Nous, on préfère largement la première option. Le problème, s’il est écrit que les pays doivent réduire leurs émissions nettes, c’est que ça laisse la porte ouverte : certains pays pourraient être tentés d’investir plus dans des projets d’émissions négatives (comme le CCS) au détriment de projets de réductions d’émissions. À l’inverse, avec la première option, on dit aux pays : "vous réduisez de toute façon vos émissions, et ça ne vous empêche pas d’investir en plus dans des projets d’émissions négatives". Encore une fois, il s’agit d’obtenir un accord qui soit le plus ambitieux possible.


3) Réduire de tant avant tel année (Article 3.1)

Un dernier point important, surtout aux yeux des jeunes, consiste à chiffrer les objectifs de réductions d’émissions. Il est essentiel pour nous que l’Accord de Paris ait un objectif clair et ambitieux sur le long terme. C’est le fameux "longterm goal", ou LTG, pour lequel on se bat. Avec YOUNGO, nous demandons une réduction totale des émissions de GES d’ici à 2050. Dans le texte, on en est encore loin. Il y a quand même une partie sur les objectifs à long terme, mais elle comporte encore beaucoup d’options et ce sera donc aux ministres, à partir de lundi, de trouver une version qui convienne à tout le monde.


Pourquoi c’est important d’avoir un objectif clair et ambitieux ?

Certains d’entre vous se disent peut-être que fixer un objectif pour 2050 ou même 2100 peut paraître dérisoire. Après tout, il peut se passer tant de choses d’ici là… Mais l’important est ailleurs : il ne s’agit pas de fixer une loi qui sera valable jusqu’à la fin du siècle, mais d’envoyer un message fort aux secteurs public et privé.

Écrire noir sur blanc dans l’Accord de Paris que l’objectif est d’atteindre zéro émission de GES d’ici à 2050 (ou même d’ici 2060-2080, comme il est écrit dans le texte pour le moment), c’est dire aux gouvernements locaux et aux entreprises: "Arrêtez d’investir dans les énergies fossiles, ou de les subventionner !". Une première étape indispensable pour opérer la transition énergétique qui doit nous permettre de réduire nos émissions de CO2. Selon les estimations, les énergies fossiles bénéficient de 5300 milliards de dollars de subventions par an, soit 10 millions de dollars... par minute ! Et on ne parle là que des subventions publiques, pas des investissements privées. 5300 milliards de dollars par an, c'est 53 fois plus que le fond d'aide aux pays en développement pour la mitigation et l'adaptation qui doit être atteint en 2020 (voir post de mercredi). À bon entendeur...

2 views

Recent Posts

See All

Description of Adopt a Decision-Maker

What is Adopt a Decision-Maker? #AUDM is a Swiss Youth for Climate-led initiative to engage national and local politicians and other key people, such as company executives, influencers ... (in short a

SYFC position on CO2 law

Summary of SYFC's position on the upcoming CO2 law We support a CO2 law because it is better than no law at all We support this law because it is more ambitious than the previous law No matter what ha

© 2019 Swiss Youth for Climate. Background Matterhorn Photo by: Patricia Cottier ©

  • Facebook Social Icon
  • Twitter
  • Instagram