• Swiss Youth for Climate

COPception


J1 : T’as quoi dans la COP ?

[Deutsche Version ist bald da]

Ça y est, la COP21 a commencé ! Bon, on en a parlé en long et en large, mais en fait on ne sait toujours pas exactement ce que c’est. Ok, les délégations de 196 pays vont se retrouver, il y aura beaucoup de journalistes et encore plus de membres de la société civile, blablabla... Mais qu’est-ce que ces quelques 22'000 personnes vont bien pouvoir faire pendant deux semaine au Bourget, le site qui accueille la COP21 ? Pour les plus téméraires d’entre vous, pas la peine de continuer à lire ce blog : vous pouvez essayer de déchiffrer le programme officiel. Pour les autres, voilà un petit résumé à la sauce Swiss Youth for Climate de ce qui va se passer pendant ces deux semaines.



0) Début des négociations

L’ADP a décidé d’avancer le début des négociations pour gagner un petit peu de temps. Du coup, elles ont débuté officiellement ce dimanche à 17 heures.

1) Cérémonie d’ouverture, arrivée et discours des chefs d'Etat

Manuel Pulgar-Vidal, le Ministre de l’environnement du Pérou (où a eu lieu la COP20) céde officiellement la présidence de la COP à Laurent Fabius, le Ministre des affaires étrangères de France. En effet, le pays qui organise la COP en a ensuite la présidence pendant un an. Le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-Moon est également présent, tout comme 150 chefs d’Etat et de gouvernement. C’est “une des plus importantes conférences diplomatiques jamais organisées en dehors des assemblées générales des Nations Unies à New York”. Obama, Merkel, Putin, Jinping, Rousseff, sans oublier notre Sommaruga nationale: toute la compagnie est au rendez-vous pour donner le coup d’envoi de la COP21, avant de passer le témoin à leurs délégations respectives. Ça leur permet de prononcer chacun un discours (de trois minutes top chrono, certains étant meilleurs élèves que d'autres) et de faire une jolie photo de famille. Surtout, leur présence à Paris envoie un signal fort et en dit long sur l’importance de ces deux semaines de négociations. À noter qu'une minute de silence en mémoire des victimes des récents attentats est respectée en début de cérémonie.

2) Premières négociations et "side events" important

Les choses sérieuses débutent après la cérémonie, avec les premières séances de négociations et trois "side events" importants:

- Lancement de "Clean Tech" (la Mission Innovation en français), une initiative qui doit engager les Etats et les investisseurs privés à augmenter le financement de la recherche et du développement des énergies propres.

- Lancement de la "Solar Alliance" (l’Alliance Solaire en français), une plateforme de coopération entre les pays riches en ressources solaires.

- "Panel sur le prix du carbone", auquel participent notamment Barack Obama et François Hollande. C’est la première fois que des chefs d’Etat se réunissent pour discuter de la mise en place potentielle d’une taxe carbone à l’échelle internationale.

3) Négociations de l’Accord de Paris

Les négociations sont lancées, supervisées par les co-chairs. Certaines séances de négociations sont ouvertes à la société civile (et donc à Swiss Youth for Climate), d’autres non. Aussi, certaines séances sont communes et donc ouvertes aux 196 Parties, tandis d'autres se font seulement entre certains pays, leur permettant par exemple d'établir et de développer des coalitions.

4) Remise d’un projet de texte

À la fin de la première semaine, un projet de texte est sensé être rendu à la présidence de la COP (dirigée par Laurent Fabius). Evidemment, tout dépendra de l’avancée des négociations d'ici là.

5) Arrivée et discours des ministres

Les différents ministres de chaque pays doivent prendre le relais et diriger les négociations au cours de cette deuxième semaine capitale. Il s'agit souvent du ministre de l’environnement ou du ministre des affaires étrangères. Dans le cas de la Suisse, ce rôle sera assuré par la conseillère fédérale Doris Leuthard, cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

6) Poursuite et conclusion des négociations

La dernière ligne droite des négociations a lieu. Le texte de l’Accord est peaufiné, les décisions importantes sont prises (par exemple: est-ce qu’on laisse ou pas tel ou tel article?) et les derniers détails sont négociés. C’est le sprint final, et les jeux de pouvoir et de coalition prennent toute leur importance.

7) Vérifications légales et linguistiques

Le texte officiel sera traduit en 6 langues (anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe). Il est donc important qu’il soit interprété correctement et de la même manière dans les 6 langues. Comme on le vous disait hier, un “should” n’a pas la même valeur qu’un “shall” en anglais, et il faut donc que toutes ces nuances soient respectées dans chaque langue.

8) Adoption des décisions

Chaque année à la COP, un certain nombre de décisions sont prises. La valeur légale d’une décision est discutable, c’est plutôt une sorte de consensus. Par exemple, c’est dans la décision de la COP15 (Copenhague, 2009) que les pays se sont fixés comme objectif commun de limiter le réchauffement climatique à 2 °C. Lors de la COP16 à Cancun, ils décidaient que l’aide financière internationale aux pays en développement pour la mitigation des changements climatiques devraient atteindre 100 milliards de dollars par an en 2020.

En l'occurence, les décisions qui seront prises à Paris sont d'une moindre importance à côté de l'Accord qui sera peut-être adopté. En fait, ce mécanisme de décision est surtout crucial car c’est sur lui que se construit le fragile climat de confiance indispensable aux négociations. Si un pays ne respecte pas une décision, il perd la confiance des autres. Par exemple, dans le cas de la COP21, les pays en développement jouent la carte de la décision de Cancun. En gros, ils disent aux pays du Nord “si on n’a pas de garantie que l’aide internationale atteindra bien 100 milliards de dollars en 2020, on n’entre pas en matière”. Bon, c’est un peu simplifié, mais on reviendra en détails sur les principaux enjeux des négociations demain.

9) Adoption de l’Accord de Paris

L’Accord de Paris, qui sera (on l’espère) ambitieux et légalement contraignant, sera (on l’espère) adopté par les 196 Parties. La signature officielle, organisée par l’ONU, est elle prévue pour janvier 2016. En fait, l’adoption de l’Accord est une sorte de promesse de signature.

P.S: Vous ne comprenez pas un terme technique ou une abréviation ? Vérifiez s'il ne se trouve pas déjà dans notre lexique ! Si ce n'est pas le cas, faites-le nous savoir et on se fera un plaisir de remédier à cela ;)

0 views

© 2019 Swiss Youth for Climate. Background Matterhorn Photo by: Patricia Cottier ©

  • Facebook Social Icon
  • Twitter
  • Instagram