• Swiss Youth for Climate

COP, CBDR, INDC... WTF ?!


J-7: Le guide de la COP

[Die deutsche Version ist in Arbeit]


Alors, vous êtes plutôt COP, UNFCCC ou IPCC ? Plutôt protocole, accord ou non-paper ? Plutôt GHG, PPM ou

CO2-eq ?

Avant même de pouvoir parler des enjeux complexes de la COP21, faudrait commencer par en comprendre les termes et abréviations. On vous a donc concocté un petit “guide de la COP”. Comme ça, si une fois vous captez que dalle à un de nos posts, ce lexique sera là pour vous sauver.

On le complétera tout au long de notre aventure. Et surtout, s’il y a une fois un terme, un concept ou une abréviation que vous ne comprenez pas et qui ne se trouve pas encore dans ce lexique, n’hésitez pas à nous le signaler dans les commentaires ! Nous nous ferons alors un plaisir de le rajouter ;-)


Accord de Paris

C'est l'accord qui sera signé au terme de la COP21. Du moins, on l'espère ! Et on va tout faire pour qu'il soit juridiquement contraignant, c'est-à-dire que les pays soient tenus de le respecter. Ce n'était par exemple pas le cas du Protocole de Kyoto, et plusieurs pays n'ont d'ailleurs pas respecté leur engagement.


ADP (Ad Hoc Working Group on the Durban Platform for Enhanced Action)

Ce groupe de travail a été créé à la COP17 de Durban. Il a pour tâche de gérer la préparation et les négociations de l'Accord de Paris, qui devrait être signé à la fin de la COP21. En effet, après l'échec de la COP15 de 2009 de Copenhague, c'est à Durban que les pays se sont mis d'accord sur l'objectif de signer un accord ou un protocole qui couvre la période après 2020. Le groupe de travail est co-présidé par les deux "co-chairs" et c'est sous sa houlette que les pays ont établi le non-paper en octobre dernier, à Bonn (Allemagne).


CBDR (Common But Differentiated Responsibilities)

C’est un des trois principes fondamentaux de l’UNFCCC. Il stipule que le réchauffement climatique est la responsabilité de tous les pays (Common), mais qu’elle n’est pas la même pour tous (Differentiated). Ainsi, les pays industrialisés, qui ont bien plus pollué que les autres, portent une plus grande responsabilité et devraient donc assumer une plus grande partie des efforts de mitigation et d’adaptation.


CCS (Carbon Capture and Storage)

Cette technique, qui est en train de se développer, consiste à capturer artificiellement le CO2 contenu dans l’atmosphère et de le stocker à plusieurs kilomètres sous terre. La solution peut faire rêver, mais elles comportent plusieurs risques et limites. D’abord, la manipulation des couches souterraines est risquée et, si elle n’est pas faite correctement, peut conduire à des tremblements de terre. Ensuite, une fois stocké, il faut contrôler que le CO2 ne s’échappe pas. Les experts estiment qu’après la fermeture d’un site de stockage, il faut continuer à la surveiller pendant au moins 20 ans. À un degré moindre, ce problème fait un peu penser à celui des déchets nucléaires, qu’il faut aussi surveiller pendant plusieurs années après les avoir stockés. Si le CCS peut nous aider dans un premier temps à réduire drastiquement nos émissions pour revenir sur la voie qui doit nous permettre de limiter le réchauffement climatique à 2°C, il ne constitue pas une solution à long terme.

CO2-eq

Voir la desctiption des gaz à effet de serre.

Co-ChairsCe sont les deux co-présidents de l'ADP : les diplomates algérien Ahmed Djoghlaf et américain Daniel Reifsnyder.

COP (Conference Of the Parties)

Appelée “Conférence des Parties” en français, elle est organisée chaque année par l’UNFCCC. En gros, c’est un sommet mondial annuel où les chefs d’Etat se réunissent à la table de l’ONU pour discuter ensemble des changements climatiques et (rarement) trouver des solutions communes. La première COP a eu lieu en 1995 à Berlin. La COP21 est donc simplement la 21e COP.

Deux de ces COP sont à retenir:

- COP 3 à Kyoto (1997) : Certains pays signent le Protocole de Kyoto.

- COP 15 à Copenhague (2009) : Elle suscitait de grands espoirs et devait permettre de déterminer la suite à donner au Protocole de Kyoto, qui prenait fin en 2012. Mais elle a finalement accouché d’une souris et est considérée comme un échec. Les pays se sont juste mis d’accord sur une seule chose : l’objectif commun est de limiter le réchauffement climatique à 2 °C.


COY (Conference Of Youth)

C'est la Conférence des Jeunes. Depuis 2005, elle est organisée chaque année avant la COP et rassemble des jeunes venus du monde entier. C'est un lieu de rencontre incroyable, où les jeunes peuvent s'informer, échanger et collaborer au travers d'innombrables conférences, stands d'information et groupes de travail. C'est surtout là que, sous la houlette de YOUNGO, nous pouvons établir notre stratégie en vue d'aller défendre les intérêts de la jeunesse à la COP. La onzième Conférence des Jeunes, la COY11, a lieu cette année du 26 au 28 novembre à Paris, au Parc des Expositions de Villepinte. Et évidemment, nous y participons !


INDC (Intended Nationally Determined Contribution)

Avant la COP21, l’UNFCCC a demandé à tous les pays de soumettre son INDC, qui est une promesse de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cet outil doit permettre d’installer un cadre de transparence et de confiance entre les pays. Si je suis un pays A et que je sais ce qu’un pays B est prêt à faire comme effort, je peux plus facilement discuter avec lui. C’est un peu comme faire un cadeau en commun à un ami : une fois qu’on sait ce que chacun est prêt à mettre, c’est plus facile de choisir un beau cadeau. Aussi, si je vois qu’un autre est prêt à mettre 100 CHF alors que je pensais mettre seulement 20 CHF, ça va peut-être me pousser à mettre plus d’argent et à la fin le cadeau sera encore plus beau.


IntEq (Intergenerational Equity)

C'est le principe d'égalité intergénérationnelle, qui est fermement défendu par la jeunesse à travers YOUNGO. Nous en avons fait un de nos chevaux de bataille à la COP21: l'Accord de Paris aura un impact direct sur les conditions dans lesquelles notre génération et celle de nos enfants vivront. Il est donc important que les "vieux" diplomates qui négocieront tout au long de la COP21 soient bien conscients de la responsabilité qu'ils ont vis-à-vis de la jeunesse d'aujourd'hui et de demain. C'est principalement pour le leur rappeler que nous sommes venus à Paris.

Gaz à effet de serre

Appelés souvent GHG (Greenhouse gas) en anglais, ils regroupent différents gaz qui, une fois libérés dans l’atmosphère, vont retenir une partie des rayonnements de la Terre et donc augmenter la température ambiante. En gros, ça marche comme une serre : ça piège l’énergie apportée par les rayons du soleil à l’intérieur de notre atmosphère. Les principaux gaz à effet de serre sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (S2O). Mais chacun de ces gaz n’a pas le même effet de serre, ou « potentiel de réchauffement climatique ». Par exemple, le méthane retiendra 25 fois plus de rayonnements terrestres que le dioxyde de carbone. On dit alors qu’un kilo de méthane est égal à 25 kilos équivalent CO2 (1 kg CH4 = 25 kg CO2-eq). En gros, on rapporte tout à l’effet de serre du dioxyde de carbone, qui est le principal gaz à effet de serre.


IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change)

L’IPCC, ou GIEC en français (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), a été créé en 1988 par l’ONU. Il est chargé de fournir une expertise pertinente et impartiale des causes et conséquences des changements climatiques. Il se sépare en trois groupes de travail, qui publient régulièrement des rapports faisant l’état complet (le 5e rapport a été publié en 2014):

Groupe I : principes physiques

Groupe II : risques, impacts et adaptation

Groupe III : stratégies de mitigation


Mitigation vs Adaptation

La mitigation regroupe les actions visant à prévenir les changements climatiques. Elle consiste principalement à réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

L’adaptation consiste, comme son nom l’indique, à s’adapter aux changements climatiques qui ont quand même lieu. Par exemple, renforcer les digues d’une ville côtière est une mesure d’adaptation à la montée du niveau des océans.

Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir ! C’est aussi le cas pour le climat, autant d’un point de vue environnemental que d’un point de vue économique. Eh oui, dans une grande partie des cas, les impacts liés aux changements climatiques coûtent bien plus cher que de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour éviter ces impacts.


Non-paper

C’est le brouillon de l’accord qui doit être signé à Paris. Pour arriver à la COP21 dans les meilleures conditions, les pays ont fait des pré-négociations. Deux semaines, c’est très court pour traiter des nombreux enjeux liés à la question climatique. Il était donc essentiel d’arriver à Paris avec une base de travail : c’est précisément ce non-paper, qui a été publié après le dernier tour des pré-négociations, en octobre à Bonn (Allemagne). On l’appelle souvent “non-paper” parce qu’il n’a aucune valeur légale, tel un brouillon avant l’œuvre finale.


ppm (parts per million)

Les “parties par million” en français sont une unité de mesure des concentrations de gaz. On l’utilise pour exprimer la concentration de CO2 dans l’atmosphère. On entend souvent parler du seuil de concentration de 400 ppm pour le CO2, qui a été dépassé officiellement le 9 mai 2013: ça veut dire que, dans un mètre cube d’air (qui correspond à 1 million de centimètres cube), il y a 400 centimètres cube de CO2. Ça peu paraître petit (à peine plus gros qu’une canette), mais jamais dans l’Histoire de l’humanité ce seuil n’avait été dépassé auparavant. La dernière fois qu’il y a eu une telle concentration de CO2 dans l’atmosphère terrestre, c’était lors de la période pliocène, plus de 2 millions d’années avant l’apparition des premiers Homo Sapiens.


Protocole de Kyoto

Le Protocole de Kyoto a été lors de la COP3, en 1997. Pour la première fois, les pays mettaient sur papier leur envie commune de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le but était de réduire de 5% les émissions mondiales d’ici 2008-2012 par rapport à 1990.

Une particularité du Protocole de Kyoto est qu’il fait la différence entre les pays les plus développés (Annex I) et le reste (Non-Annex I). Seuls les premiers, principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre, étaient tenus de réduire leurs émissions.

“Sur le papier” donc, un engagement commun des pays développés et un premier pas important pour réduire nos émissions. Dans les faits, c’est une autre histoire. Le protocole n’est entré en vigueur qu’en 2005, le temps pour les pays de le faire accepter auprès de leurs parlements respectifs. Ça ne laissait donc que peu de temps pour appliquer le Protocole et atteindre l’objectif (de 3 à 7 ans seulement). Pour ne rien arranger, le Canada s’est retiré du Protocole et les États-Unis ont refusé de le ratifier. Si bien que l’objectif est loin d’avoir été atteint. Très loin même...


Reforestation

Les arbres contiennent beaucoup de CO2 (capturé lors de la photosynthèse). Or, une bonne partie de la surface forestière a été détruite, notamment pour la remplacer par des cultures agricoles. Les arbres qui sont coupés et brûlés libèrent leur CO2, contribuant ainsi au réchauffement climatique. En replantant des arbres dans les zones déforestée, on peut recapturer une partie de ce CO2 (grâce à la photosynthèse des arbres replantés). Ce processus s'appelle la reforestation.

UNFCCC (United Nations Framework Convention on Climate Change)

Appelée “Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques” en français (CCNUCC), elle a été créée en 1992 à Rio, lors du Sommet de la Terre. C’est la filière de l’ONU qui s’occupe des changements climatiques. Elle organise notamment la COP, le sommet mondial annuel sur le climat.


YOUNGO (Youth Non-Governmental Organizations)

Cette plateforme créée par l'UNFCCC a pour but de donner une voix à la jeunesse dans les négociations sur le climat. Concrètement, c'est grâce à YOUNGO que les associations de jeunesse peuvent par exemple faire des discours officiels et rencontrer les diplomates de la COP. Elle regroupe plusieurs associations de jeunesse et certains jeunes venus individuellement. Cette année, nous en faisons partie et avons déjà commencé notre travail de collaboration lors de la COY.

0 views

Recent Posts

See All

Description of Adopt a Decision-Maker

What is Adopt a Decision-Maker? #AUDM is a Swiss Youth for Climate-led initiative to engage national and local politicians and other key people, such as company executives, influencers ... (in short a

SYFC position on CO2 law

Summary of SYFC's position on the upcoming CO2 law We support a CO2 law because it is better than no law at all We support this law because it is more ambitious than the previous law No matter what ha

© 2019 Swiss Youth for Climate. Background Matterhorn Photo by: Patricia Cottier ©

  • Facebook Social Icon
  • Twitter
  • Instagram